sept/oct 2012

Traitement de l’eau

Compilé par Zoë Koulouris

 

 

Actif liquide

 

La technologie de prétraitement optimisé et de séparation unique, OPUS (Optimized Pretreatment and Unique Separation), de Veolia Water Solutions and Technologies est un procédé breveté pour le dessalement de l’eau d’approvisionnement, lorsque la source en question contient de fortes concentrations de silice, de matières organiques, de bore et de matières particulaires ou lorsque la dureté de l’eau est importante. Cette technologie utilise un procédé par osmose inversée et à pH élevé, ce qui permet d’atteindre un taux de récupération de plus de 90 pour cent, même lorsque la concentration des solides dissous totaux atteint 7 500 parties par million.  La combinaison d’un processus d’assouplissement chimique breveté, Multiflo, à des techniques de filtration, d’échange d’ions et d’osmose inversée, permet de générer une eau de qualité et de réduire les pertes. Veolia offre également l’option d’utiliser des membranes en céramique pour l’ultrafiltration, CeraMem, pour des applications de pétrole ou de gaz naturel. « La technologie OPUS est un procédé éprouvé qui offre un effluent de haute qualité pour une réutilisation ou pour un rejet dans les eaux de surface », explique Lnsp Nagghappan, qui a participé au développement de la technologie « Elle offre de meilleurs temps de disponibilité, une meilleure durabilité et une meilleure durée de vie des membranes, par rapport aux autres systèmes similaires. »


 

 

  Filtres autonettoyants

 

Sofi Filter est un outil d’écoulement transversal pour filtres de polissage servant aux applications de traitement de minerais et aux activités minières. Le filtre, de conception brevetée de l’entreprise Sofi Filtration, traite le trop-plein des décanteurs, des clarificateurs et des épaississeurs; clarifie les eaux usées avant de les rejeter dans l’environnement; préfiltre les particules solides avant le dessalement; retire les contaminants des procédés de l’électrolyse. « Sofi Filter représente l’état de l’art concernant les filtres autonettoyants pour une microfistration automatisée, à partir de 30 m3/h/m2 », affirme Ville Hakala, gestionnaire du marketing chez Sofi Filtration. « Le filtre consomme également moins d’énergie que les méthodes traditionnelles (0,05 kWh/m3) et peut traiter une vaste gamme de concentration et est particulièrement efficace entre 1 mg/l et 100 000 mg/l. »


Intégration efficace

 

GE a intégré ses technologies d’ultrafiltration et d’osmose inversée dans ses produits Seapak, Propak et Repak pour le dessalement, l’eau de surface, le drainage minier et la réutilisation d’eau. « Ces systèmes permettent une réduction de l’empreinte carbone de 35 pour cent et une réduction en capital de 10 à 20 pour cent, lorsqu’on les compare à l’ultrafiltration et à l’osmose inversée, lorsqu’utilisés séparément », affirme Brian Wise, gestionnaire mondial pour GE Power & Water. « Depuis plus de 30 ans, GE a été le fabricant de tous les composants qui constituent ce système. Maintenant, nous fabriquons également le système », fait remarquer Wise. « Quand vous avez une connaissance des constituants de base, cela permet de mieux comprendre le fonctionnement des technologies quand elles sont intégrées les unes aux autres. »

 


Des problèmes aux profits

 

Les procédés BioSulphide et ChemSulphide de Bioteq Environmental sont des technologies de précipitation des sulfures qui nettoient et récupèrent le métal lourd des sources d’eaux usées des mines. Ces technologies utilisent des sources biologiques ou chimiques de sulfures pour précipiter sélectivement les métaux dissous afin de les récupérer à des fins de vente et de produire une eau conforme aux normes en vigueur. « La vente des produits récupérés permet des revenus qui sont suffisants pour recouvrer les coûts de traitement de l’eau », note Andrew Hall, vice-président des ventes et du marketing chez Bioteq. « La récupération des métaux fait en sorte que les volumes des boues excédentaires sont moins importants, ou même éliminés, ce qui réduit les coûts pour la surveillance et l’entreposage. Ces technologies ont le potentiel de transformer le traitement de l’eau en un centre de profit. »

 
Page 1 de 2 Suivant
Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF